Pratiques

 

Leur méfiance par rapport au monde n'empêche pas les Témoins de Jéhovah de s’engager dans un véritable investissement entreprenarial chrétien.

 

Max Weber parle d’ « un ascétisme actif »[1], une religion prophétique ou de salut, cette conviction entraînant une tension sur la société dans le cadre d’une signification religieuse transversale. Cela aboutit à la construction d’un espace transitionnel permettant la gestion des tensions et des contradictions, revêtant des formes modernes à contenu chrétien.

 

Ainsi, les Témoins de Jéhovah de France gèrent aujourd’hui des œuvres humanitaires notamment en direction de l’Afrique francophone (Association Aidafrique) [2], des œuvres sociales consistant principalement en programmes d’assistance aux malades (Comités de Liaison Hospitaliers), mais aussi en secours de proximité [3], des œuvres chrétiennes liées purement au culte des Témoins de Jéhovah : construction de lieux de culte appelés Salles du Royaume (Comités de Construction Régionaux), évangélisation domiciliaire (organisation de l’activité de prédication évangélique dans leurs congrégations locales).

                                   


[1] J. Baubérot, Histoire du protestantisme, Paris, PUF, 1987, p. 39 : « Pour le Réformateur [Luther] la tâche professionnelle est l’expression extérieure de l’amour du prochain. Ainsi se trouve dévalorisée la recherche du salut hors du monde, dans des monastères, et favorisé ce que Max Weber appelle un « ascétisme intramondain » : « le devoir s’accomplit dans les affaires temporelles (et) constitue l’activité morale la plus haute ». L’activité quotidienne revêt, en tant que telle, une valeur religieuse et, paradoxalement, cela va contribuer à la laïciser. »  

[2] Aide médicale humanitaire en faveur des réfugiés du Zaïre, Sidwaya, n°3265, 23 au 25 mai 1997, Ouagadougou, Burkina-Faso. Des Témoins de Jéhovah au Zaïre, Le trégor, n°702, 12 au 18 juin 1997, p. 51. Les Témoins de Jéhovah au secours du Zaïre, Le courrier de l’Eure, n°1012, 21 mai 1997, p. 3.

[3] Inondations – Le 16 novembre à Narbonne, à Lézignan-Corbières et à St-Laurent-de-la-Salanque, des centaines de Témoins de Jéhovah se sont mobilisés durant le week-end pour apporter leur aide aux victimes des inondations. La Libération, n°2730, 19 novembre 1999, p. 1. Inondations dans le Sud – Des Périgourdins sur place. (…) Ce renfort faisant partie d’un groupe de Témoins de Jéhovah a notamment apporté son aide pour nettoyer les maisons et sauver ce qui pouvait encore l’être. Sud Ouest, Dordogne, 16 novembre 1999.

 

Référence universitaire pour citer cet article :

- Barbey Ph., Pratiques du culte des Témoins de Jéhovah, Focus sociologique, consulté le [date], http://barbey.jimdo.com/pratiques/.

Société des Amis des Sciences Religieuses

Observatoire Européen des Religions et de la Laïcité


visites depuis le 06/04/2014

116.510 visites cumulées de

FOCUS SOCIOLOGIQUE

au 14/08/2017

Recherche    86.300

Articles          20.050

Thèse              5.050

English site    5.110