Questions / Réponses : Pratiques des Témoins de Jéhovah

 

 

Samuel , le 29 janvier 2015

Rubrique "Discipline religieuse"


Je découvre aujourd'hui votre site que je trouve d'une incroyable objectivité et d'une excellente connaissance de ce qui est ma religion.
J'ai toutefois noté ce qui me semble une erreur dans la page "discipline religieuse" : Vous prétendez que "La personne excommuniée est toujours considérée comme Témoin de Jéhovah ".
Pourtant lorsque quelqu'un est excommunié ou s'il se retire volontairement par simple lettre, une annonce indistincte est faite au pupitre disant " le collège des anciens informe la congrégation de _ que M ou Mme _ n'est plus Témoin de Jéhovah. " Cette formulation est utilisée depuis déjà plusieurs années.
D'autre part les liens familiaux s'en trouvent forcément affectés même s'ils ne sont pas rompus. Evidemment chaque situation est différente : les parents et les enfants ont toujours un devoir de soutien les uns les autres, vie commune ou pas.
Les conjoints sont toujours unis devant Dieu, et seule l'infidélité peut briser ce lien. Et c'est pour cela que nombre de divorces suivent une excommunication, car la plupart d'entre elles sont liées à l'adultère. Contrairement à ce que vous disait ce pasteur, le lien conjugal et l'intimité du couple ne sont pas brisés par l'excommunication, mais par cette infidélité.
Mais au delà de certaines évidences, les liens familiaux "amicaux" ne sont plus les mêmes, en théorie. Maintenant, il appartient à chacun de s'analyser sur les choix qu'il fait pour suivre ces principes. A noter que certains privilèges de service peuvent être remis en cause si l'attitude du chrétien est ambiguë vis à vis d'un ex TJ.
Avec tout mon respect, amicalement,
Samuel.

 

 

Réponse à Samuel, 29 janvier 2015.

 

Cher Samuel, 

Je vous remercie d'apprécier mes travaux de recherche sociologique. J'ai bien noté que votre point de vue est un point de vue interne. Mon point de vue est celui d'un sociologue des religions qui analyse les faits tels qu'ils se présentent. Vous trouverez déjà des éléments dans des réponses sur ce sujet que j'ai faites à d'autres de mes lecteurs [http://barbey.jimdo.com/questions-r%C3%A9ponses/l-excommunication/ et

http://barbey.jimdo.com/questions-r%C3%A9ponses/r%C3%A9ponses-%C3%A0-un-pasteur/].

 

Maintenant, en ce qui concerne le fait que les Témoins de Jéhovah excommuniés sont, à mon point de vue, toujours Témoins de Jéhovah, voici les raisons de cette affirmation de ma part :

 

1. Un Témoin de Jéhovah excommunié peut, s'il le veut, assister à tous les cultes de l'assemblée locale et s’asseoir où il veut dans la salle du Royaume, y compris à côté des membres de sa famille.  Il peut, s'il le veut, chanter les chants religieux avec l'assistance, dire Amen à la fin des prières prononcées, suivre les versets cités dans sa bible, obtenir les ouvrages étudiés lors des cultes (La Tour de Garde principalement). Ce qu'il ne pourra pas faire, c'est participer aux cultes dans le cadre de commentaires, lectures, désignations, etc. Mais, je crois que certains Témoins de Jéhovah ne font pas beaucoup plus qu'un Témoin de Jéhovah excommunié lors de leurs réunions hebdomadaires - ils ne donnent pas non plus de commentaires, ils ne participent pas non plus au programme institué, pour une raison ou pour une autre. Personne n'est obligé de participer activement aux programmes de l'assemblée locale. La différence la plus notable, c'est que le Témoin de Jéhovah excommunié ne sera pas salué par les autres membres de la congrégation qui l'ignoreront poliment. C'est la marque de la rupture du lien spirituel. C'est pourquoi, beaucoup de Témoins de Jéhovah excommuniés arrivent juste au début du culte et repartent juste à la fin.

 

2. Un Témoin de Jéhovah excommunié peut, s'il le veut, continuer à mener une vie spirituelle. Il peut lire la bible, prier personnellement, étudier des ouvrages jéhovéens comme le fait la plupart des Témoins de Jéhovah.

 

3. Un Témoin de Jéhovah excommunié peut, s'il le veut, prêcher sa foi jéhovéenne à qui il veut. Il ne pourra plus participer à une prédication organisée par l'assemblée locale mais il peut partager ses croyances avec qui il veut autrement. C'est du ressort de sa liberté individuelle. D'ailleurs les Témoins de Jéhovah sont encouragés à parler de leur foi partout où ils le peuvent dans le cadre d'un 'témoignage informel'. Néanmoins, si le Témoin de Jéhovah excommunié dépose son activité dans l'urne prévue à la salle du Royaume (leur lieu de culte) comme le font en général les Témoins de Jéhovah, son feuillet ne sera pas compté. 

 

4. Le Témoin de Jéhovah excommunié peut bénéficier, s'il le veut, de l'aide pastorale des anciens de l'assemblée locale (ministres du culte laïcs bénévoles). Ceux-ci doivent prendre l'initiative au moins une fois par an, vers le mois de septembre. Ils téléphonent à l'excommunié et lui demandent s'il désire être visité. Si le Témoin de Jéhovah excommunié l'accepte, alors deux anciens s'entretiennent avec lui et lui réitèrent les conditions pour être réintégré dans l'assemblée locale. Si l'excommunié a mis fin durablement au mode de vie contraire aux principes jéhovéens qu'il avait adopté, il pourra être réintégré rapidement s'il le désire. Ainsi, le Témoin de Jéhovah excommunié qui le veut bénéficie d'une visite pastorale par an, tout comme il est prévu pour l'ensemble des membres de l'assemblée locale.

 

5. Si un Témoin de Jéhovah excommunié est réintégré, et c'est le cas pour environ la moitié d'entre eux, il n'est pas rebaptisé. C'est à mon sens, la preuve la plus claire qu'il est toujours Témoin de Jéhovah même s'il a été excommunié. En effet, pour le Témoin de Jéhovah, le baptême par immersion est le symbole de son entrée officielle dans l'assemblée. Ce n'est qu'à partir de ce moment là qu'il sera appelé frère ou sœur lors de la tenue des cultes.

 

Alors maintenant en ce qui concerne l'annonce de l'excommunication, il s'agit d'une déclaration de pure forme. La personne excommuniée ne fait plus partie de la communion des croyants et cela se traduit par le fait que, lors des cultes, les autres assistants ne la salueront pas. Dans les faits, cela est très discret. Il faut se le faire expliquer si on le remarque. Son nom est rayé du registre des baptêmes avec la date de son excommunication. Mais, lors de sa réintégration, son nom est de nouveau inscrit avec la date, mais sans qu'elle soit rebaptisée. Pour les Témoins de Jéhovah, le baptême est un acte définitif.

 

Pour les relations qu'un Témoin de Jéhovah a ou n'a pas avec un Témoin de Jéhovah excommunié, vous avez bien résumé la situation, je n'y reviendrai donc pas d'autant que j'ai déjà expliqué mon point de vue de sociologue des religions à ce sujet. Vous dites néanmoins que "certains privilèges de service peuvent être remis en cause si l'attitude du chrétien est ambiguë vis à vis d'un ex Témoin de Jéhovah." Vous voulez dire par là, si je vous comprends bien, que des frères, c'est à dire des membres masculins baptisés de l'assemblée locale, peuvent être démis de leurs fonctions s'ils fréquentent étroitement un Témoin de Jéhovah excommunié. Je n'en sais rien. Les anciens ne s'immiscent a priori pas dans la vie privée des membres de l'assemblée locale. Maintenant, peut-être sont-ils plus regardants concernant des frères ayant des responsabilités ou à qui ils veulent proposer des responsabilités au sein de l'assemblée. Il faut en effet, d'après la règle de vie jéhovéenne, être irréprochable pour assumer de telles responsabilités. Sur quelles bases les anciens peuvent-ils apprécier le fait qu'un Témoin de Jéhovah fréquente ou ne fréquente pas un excommunié, je ne sais pas.

 

Maintenant, aucun frère n'est obligé d'accepter une quelconque responsabilité au sein de son assemblée. On peut lui proposer, il peut refuser. Il reste un Témoin de Jéhovah pour autant. Au passage, il n'y a pas de 'privilèges' chez les Témoins de Jéhovah. Pour un Témoin de Jéhovah, être Témoin de Jéhovah est un privilège, c'est tout. Tout le reste, ce sont des fonctions que l'on peut ou que l'on peut pas, que l'on veut ou que l'on ne veut pas, assumer. Chaque frère est libre de ses choix et il est considéré comme Témoin de Jéhovah tant qu'il conserve un mode de vie compatible avec l'appartenance à l'assemblée.

 

J'ai essayé, cher Samuel, de vous répondre le mieux possible. Mon point de vue, je le redis, est celui d'un sociologue des religions. Je comprends que mes recherches puissent être interprétées différemment selon que l'on soit Témoin de Jéhovah, Témoin de Jéhovah excommunié, un non Témoin de Jéhovah, un étudiant en sciences des religions, un membre du clergé protestant ou catholique, un 'antisecte', etc. Mais la recherche scientifique est avant tout une recherche des faits tels qu'ils se présentent et tels que je les décrypte selon la sociologie compréhensive de Max Weber, en ce qui me concerne.

 

Recevez, cher Samuel, mes cordiales salutations,

Philippe Barbey. 

 

Référence universitaire pour citer cet article :

- Barbey Ph., L'excommunication chez les Témoins de Jéhovah, Focus sociologique, consulté le [date],http://barbey.jimdo.com/questions-r%C3%A9ponses/t%C3%A9moin-de-j%C3%A9hovah-excommuni%C3%A9/.



Société des Amis des Sciences Religieuses

Observatoire Européen des Religions et de la Laïcité


visites depuis le 06/04/2014

116.510 visites cumulées de

FOCUS SOCIOLOGIQUE

au 14/08/2017

Recherche    86.300

Articles          20.050

Thèse              5.050

English site    5.110