Rapport de soutenance de thèse

 

Université Paris 5 René Descartes – UFR de Sciences sociales – Sorbonne

Thèse pour l’obtention du grade de Docteur de l’Université Paris Descartes

Spécialité « Sciences sociales », soutenue publiquement le mardi 08 avril 2008.

 

« Max WEBER et les charismes spécifiques.

La mondialisation d’un christianisme de conversion : un charisme d’évangélisation ?

Une étude de cas : Les Témoins de Jéhovah. »

 

Thèse soutenue par Philippe BARBEY 

 

Le mardi 08 avril 2008, M. Philippe BARBEY a soutenu publiquement dans l’amphithéâtre DURKHEIM de L’Université Paris Descartes-Sorbonne, une thèse de doctorat en sociologie-démographie devant un jury composé de :

 

Monsieur Michel MAFFSOLI, Directeur de recherche, Professeur à Paris-Descartes, directeur de la thèse,

Monsieur Régis DERICQUEBOURG, Professeur à l’université Lille III, rapporteur,

Monsieur Emile POULAT, Directeur d’études à l’EHESS, rapporteur,

Monsieur André AKOUN, Professeur émérite à l’université Paris Descartes.

 

 

Rapport de Monsieur Emile POULAT, Directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales-EHESS, rapporteur, président du jury, habilité à diriger des recherches sur la thèse de M. Philippe Barbey.

 

Cette thèse de 315 pages dactylographiées en caractères serrés se caractérise par une excellente présentation, avec cartes et graphiques en couleurs. Méthodologiquement, elle se fixe au concept wébérien de charisme et à la sociologie compréhensive de son directeur, M. Maffesoli, n’hésitant pas à parler d’empathie pour son sujet, sachant les préjugés qui l’entourent.

 

Elle se développe en trois parties : les charismes spécifiques selon Max Weber ; le charisme d’évangélisation ; la mondialisation d’un christianisme de conversion.

 

On note chez l’auteur la parfaite maîtrise de ses auteurs de référence et une connaissance appropriée de son terrain d’enquête, aboutissant à une œuvre qui dépasse le niveau moyen des travaux universitaires.

 

Le rapporteur se pose trois questions :

- Max Weber aide-t-il à comprendre les Témoins, ou les Témoins illustrent-ils la théorie de Max Weber ?

- Comment, dans le creuset de l’auteur, se fondent mutuellement Weber et Maffesoli ?

- En matière de charisme d’évangélisation, les Témoins sont-ils le meilleur exemple et pourquoi ne pas avoir   tenté une comparaison avec les autres christianismes dits évangéliques ?

 

Il y aura matière à débat, mais c’est le propre d’une thèse de qualité.

 

 

Rapport de Monsieur Régis DERICQUEBOURG, Maître de conférence à l’Université Charles De Gaulle-Lille 3, habilité à diriger des recherches sur la thèse de M. Philippe Barbey.

 

Avec la notion de charismes spécifiques que j’ai tentée de préciser dans un article, Max Weber permet de laisser aller l’imagination sociologique pour découvrir des charismes non repérés jusqu’à présent qui spécifient des qualités peu ordinaires de personnages qui orientent l’action collective.

 

M. Philippe Barbey qui s’est déjà illustré par un mémoire intéressant sur le christianisme non trinitaire (Ecole Pratique des Hautes Etudes – EPHE) a acquis une connaissance remarquable du jéhovisme qui en fut l’illustration la plus importante au vingtième siècle et qui continue de l’être dans le siècle qui débute.

 

L’activité incessante de prosélytisme des Témoins de Jéhovah, la formation à la prédication que ces derniers reçoivent et les nombreuses conversions qu’ils ont obtenues ont poussé l’auteur de la thèse à lier le charisme spécifique avec l’évangélisation. Il s’est ainsi demandé s’il n’existe pas un charisme spécifique d’évangélisation chez les témoins de jéhovah. Ce charisme serait apparu dès les débuts du jéhovisme et aurait perduré en se transformant, notamment en passant par le filtre de l’organisation bureaucratique du mouvement. Il se serait peut-être « routinisé ». C’est donc en prenant appui sur le cas des témoins de Jéhovah que l’auteur se demande si on peut concevoir l’existence d’un charisme d’évangélisation.

 

Pour dégager ce charisme dans le jéhovisme l’impétrant s’appuie sur la sociologie de Max WEBER. Il en présente les concepts et les notions utiles pour sa démonstration. D’autre part, il a accumulé une documentation imposante sur le jéhovisme. Il a recherché les documents statistiques dont il se sert pour examiner les conséquences du prosélytisme des Témoins de Jéhovah et pour l’évaluer.

 

On l’a compris, M. Philippe Barbey n’étudie pas les Témoins de Jéhovah, bien qu’il apporte des considérations sur ce mouvement né à la fin du dix-neuvième siècle. Il teste la plausibilité d’un charisme d’évangélisation ou de conversion.

 

Par sa méthodologie, par ses références, par la démarche de sa pensée, la thèse de M Barbey est recevable en sociologie.

 

La thèse de M. Philippe Barbey présente les qualités requises pour être considérée comme un travail doctoral.

 

 

Après délibération, le jury décide d’accorder à M. Philippe BARBEY le grade de docteur en sociologie-démographie de l’Université Paris Descartes, avec la mention Très Honorable, la plus haute mention délivrée par Paris Descartes. Le président précise que le jury y ajoute ses félicitations unanimes.

 

 

 

Le président du jury,      

Société des Amis des Sciences Religieuses

Observatoire Européen des Religions et de la Laïcité


visites depuis le 06/04/2014

116.510 visites cumulées de

FOCUS SOCIOLOGIQUE

au 14/08/2017

Recherche    86.300

Articles          20.050

Thèse              5.050

English site    5.110