Les Témoins de Jéhovah : une Eglise professante

 

  Comme dénomination protestante et secte au sens sociologique weberien et à l’instar des baptistes, les Témoins de Jéhovah constituent clairement une Eglise professante. En effet, Les Témoins de Jéhovah pratiquent le baptême d’adultes qui, auparavant, ont démontré une profession personnelle de leur foi.

 

  Jean-Paul Willaime explique cet aspect du protestantisme.[1] Pour les protestants, le baptême n’est pas en soi un moyen de salut. C’est pour cette raison qu’il n’est pas obligatoirement donné à la naissance. Le baptême est le symbole de l’entrée en christianisme et d’une nouveauté de vie dédiée au Christ.« Cette adoption étant inaliénable, le baptême n’a lieu qu’une seule fois ». Il est fait remarquer que luthériens et réformés pratiquent le pédobaptisme (le baptême des tout-petits) à l’instar des catholiques. Mais les baptistes, tout comme les Témoins de Jéhovah, pratiquent quant à eux exclusivement le baptême des adultes.

 

  En effet, l’entrée en christianisme demande une profession personnelle de la foi ce que, bien entendu, ne peut pas faire un bébé. Pour les Témoins de Jéhovah, il n’y a pas de choix possible : le baptême repose sur la foi qui est forcément antérieure à l’acte baptismal et qui en est en fait l’expression. Le candidat au baptême a précédemment fait le vœu de sa personne à Dieu et au Christ. Il a fait cette démarche seul et volontairement sur la base de sa compréhension de l’enseignement biblique sur le christianisme. Il  a fait le vœu formel de  sa personne par la prière. C’est un engagement entre Dieu et lui seul. Le baptême est donc la confirmation publique de la foi du fidèle.

 

  Sur ce point, les Témoins de Jéhovah s’apparentent clairement aux baptistes et aux pentecôtistes. Pour eux, «le baptême est un acte d’obéissance, un symbole de l’acte de foi déjà manifesté par le croyant ». Il en découle que toute personne voulant devenir Témoin de Jéhovah ou baptiste est à nouveau baptisée dans cette foi (anabaptisme). Il semble qu’aujourd’hui, les Eglises se transforment progressivement en « groupements volontaires et minoritaires de personnes au sein d’une société laïcisée et pluraliste ». De fait, beaucoup de pasteurs relativisent le pédobaptême et préfèrent le baptême demandé par des adultes et des adolescents. Les jeunes protestants se font souvent baptiser vers l’age de 14 ans, à l’âge où leurs amis catholiques reçoivent la confirmation.

 

  Les Témoins de Jéhovah pratiquent , comme les baptistes et les pentecôtistes, le baptême par immersion, à l’exemple du Christ lui-même dans les eaux du Jourdain. Les jeunes Témoins de Jéhovah demandent le plus souvent le baptême entre l’âge d’environ 14 ans et 20 ans.[2]

 

 L’ensemble des baptisés forment la congrégation locale, un rassemblement de chrétiens volontaires et minoritaires qui se réunissent de leur propre gré en compagnie de leurs enfants et de tous ceux qui veulent s’associer à eux, baptisés ou non.

  

  Il faut noter que ce phénomène de la demande du baptême par des adultes ou des adolescents n’est d’ailleurs pas propre aux protestants (qu’ils soient baptistes, pentecôtistes ou Témoins de Jéhovah).

 

Les catholiques connaissent ce même phénomène, certains se convertissent[3]. Des lycéens ou des collégiens, influencés par une grand-mère, un membre de leur famille, ou « par leur intérêt personnel pour le message de l’évangile »veulent être baptisés. Ces jeunes catholiques ont suivi le catéchuménat des 14-15 ans chaque semaine pendant deux ans, « à partir d’un livre de préparation au sacrement du baptême ». Ils y découvrent les grandes figures de la Bible dans l’ancien testament puis la personne du Christ dans le nouveau testament. Il sont ensuite baptisés par aspersion selon le rite catholique.[4]

 


[1] Willaime J.P, Protestantisme, Histoire des religions, Besançon, Paris, CRDP Franche-Comté / Cerf, 1998, chapitre IV, Les croyances et les pratiques des protestants, p. 99.

[2] Pour savoir comment se déroule la préparation au baptême et la cérémonie du baptême chez les Témoins de Jéhovah, voir Barbey Ph.,  Les Témoins de Jéhovah – Pour un christianisme original, 2003, pp. 129 à 132.

[3] … vers le baptême, Chrétiens à Rennes, actualités notre temps, Bayard service Edition Ouest, mensuel n°25, mars 2005, pp. 3 et I à X.

[4] Les catholiques reconnaissent que la baptême devrait être administré par immersion :« Baptiser : Ce mot issu du grec signifie «  plonger dans l’eau ». Avant Jésus, des fidèles juifs montraient leur volonté de se purifier en se plongeant dans le Jourdain, comme jadis leurs ancêtres avaient traversé les eaux de la Mer Rouge, passant de l’esclavage à la liberté. Pour être baptisés, les premiers chrétiens descendaient dans la piscine baptismale et en remontaient, s’unissant ainsi au passage de Jésus à travers la mort pour ressusciter à une vie nouvelle. Le baptême est conféré de cette façon aujourd’hui, en certaines occasions. Pour simplifier le rite, on se contente généralement de faire couler l’eau sur la tête du baptisé. » … vers le baptême, Chrétiens à Rennes, actualités notre temps, Bayard service Edition Ouest, mensuel n°25, mars 2005, pp. II et III.

 

  Référence universitaire pour citer cet article :

- Barbey Ph., Les Témoins de Jéhovah : Une Eglise professante, Focus sociologique, consulté le [date], http://barbey.jimdo.com/l-ethique-protestante/une-eglise-professante/.

Société des Amis des Sciences Religieuses

Observatoire Européen des Religions et de la Laïcité


visites depuis le 06/04/2014

116.510 visites cumulées de

FOCUS SOCIOLOGIQUE

au 14/08/2017

Recherche    86.300

Articles          20.050

Thèse              5.050

English site    5.110